CHABBAT

30 septembre 2016
Allumer les bougies à 19:13
Fin du Chabbat à 20:11
Veille du premier jour de Roch Hachana, Allumez les bougies de la fête à 19:10
Veille du deuxième jour de Roch Hachana, Allumez les bougies de la fête après 20:07
Fin de la fête 20:06
http://www.fr.chabad.org

Visiteurs


FAIRE UN DON


Le mot du rabbin

 

Quand le monde change

Quand le monde change

Depuis deux semaines, la vie n’a pas cessé de dérouler son cours habituel. Les grands cycles naturels ou sociaux sont tous à leur place et leur stabilité n’est pas faite pour nous surprendre.

lire plus…

Actualité

 

Jours différents

Jours différents

Les temps forts spirituels font toujours sentir leur empreinte. Et, cela a été abondamment dit, le mois d’Elloul en est sans doute la plus noble expression. Pourtant, d’année en année, la question apparaît : faut-il réellement rappeler de telles séquences ? Faut-il – peut-on – regarder ces jours avec l’enthousiasme et la vigueur des choses nouvelles ? Certes, la proximité des grandes fêtes de Tichri, de Roch Hachana et de Yom Kippour, modifie subtilement l’atmosphère. Mais cela justifie-t-il cette tension brutale que soulève la simple annonce du mois ?

lire plus…

Vidéo

 

Réflexion

 

Samedi, 24 septembre 2016 – Beth Loubavitch

Moché ordonne au peuple d’Israël : quand vous entrerez sur la terre que D.ieu vous donne en héritage éternel, que vous vous y installerez et la cultiverez, apportez les prémisses (bikourim) des fruits de vos vergers au Temple et exprimez votre reconnaissance à l’égard de tout ce que D.ieu a fait pour vous.

Notre Paracha inclut également les lois des prélèvements destinés aux Léviim et aux pauvres et détaille les instructions sur la manière de proclamer les bénédictions et les malédictions au mont Guérizim et au Mont Eval, comme cela est rapporté au début de la Paracha Reéh. Moché rappelle au peuple qu’il est «le Peuple Elu» de D.ieu.

La dernière partie de Ki Tavo est constituée de la To’haha («Remontrance»). Après avoir fait l’énumération des bénédictions par lesquelles D.ieu récompensera le peuple quand il respecte les lois de la Torah, Moché évoque longuement et sévèrement les malheurs qu’il encourt s’il abandonne les commandements de D.ieu.

Moché conclut en disant au peuple que c’est seulement désormais, quarante années après sa naissance comme nation, qu’il est parvenu à avoir «un cœur qui sait, des yeux qui voient et des oreilles qui entendent».

 

Vers la fin de cette Paracha, Moché dit au peuple : «D.ieu ne vous avait pas encore donné un cœur qui sait… jusqu’à aujourd’hui». Que signifie «un cœur qui sait» ? Un cœur qui répond à la connaissance qui lui a été donnée, pour que ce qu’il lui a été donné de comprendre prenne une dimension personnelle.

Trop souvent, nous savons quelque chose mais ce savoir reste abstrait. Cela n’affecte pas notre cœur ou notre âme. Tout comme dans notre corps physique, un resserrement, à l’endroit du cou, sépare notre tête de notre tronc, ainsi existe-t-il trop souvent un hiatus qui sépare notre esprit de notre cœur. Cela s’applique même aux idées et concepts les plus simple et ordinaires. Et bien entendu, cela concerne les sujets spirituels.

«Un cœur qui sait», par contre, traduit le processus intellectuel en sentiments qui motivent la personne pour qu’elle transforme complètement sa conduite.

Après avoir conduit le peuple pendant quarante ans, Moché ressent qu’il a finalement atteint ce niveau.

Quelle est la raison de ce constat ? Il a écrit le rouleau de la Torah et l’a remis à la tribu de Lévi. Le reste du Peuple juif est venu à lui et s’est plaint : «N’allons-nous pas, nous-aussi, recevoir la Torah ?».

Pendant les quarante ans qu’il avait passé dans le désert, le Peuple juif vivait avec la Torah. Il l’étudiait, observait ses commandements et les enseignait aux enfants. Mais les Juifs ne se l’étaient pas appropriée. C’était la Torah de D.ieu. Bien sûr, ils s’impliquaient dans son étude et sa pratique, mais c’était comme la différence entre un employé et un chef d’entreprise. Un employé peut être dévoué et passer de longues heures à son travail. Mais quand vient le soir, il rentre chez lui et n’a pas même une arrière-pensée pour son travail.

Après quarante ans dans le désert, Moché vit que le Peuple Juif commençait à considérer la Torah comme étant sienne. En tant que maître, ce fut sa plus grande satisfaction.

Perspectives

Parmi les nombreuses prophéties évoquant la Rédemption Ultime, voici le message d’Ezéchiel : «Je leur donnerai un cœur uni… et J’enlèverai le cœur de pierre de leur chair et leur donnerai un cœur de chair».

Deux messages se dégagent. Tout d’abord, contrairement à la situation présente où nous rencontrons souvent des personnalités déchirées, des gens qui ont des difficultés à faire face à leurs tendances et motivations contradictoires, à l’ère de Machia’h, nous serons tous concentrés sur un objectif unique. Nous baignerons perpétuellement dans une atmosphère emprunte d’un objectif spirituel, ce qui nous permettra de recentrer tous les aspects divers de notre personnalité dans une approche homogène.

D’autre part, pour parvenir à «un cœur qui sait», nous n’aurons pas besoin de prodiguer des efforts. Cela fera partie intégrante et naturelle de notre constitution. Au lieu de répondre par un cœur de pierre insensible, nous posséderons un cœur tendre de chair, un cœur réceptif aux messages du cerveau et qui les met en pratique.

Ces deux concepts sont donc reliés. Pourquoi notre cœur n’est-il pas réceptif ? Parce qu’il est déchiré et divisé entre de notre nombreuses directions. Si nous étions capables de coordonner et d’harmoniser ces élans divers, nos sentiments jailliraient naturellement et spontanément.

Le but de cette réflexion sur l’ère messianique n’est pas simplement de nous remplir d’espoir pour le futur mais également de nous permettre d’envisager la façon dont nous pouvons vivre notre vie au présent. Bien que, dans l’absolu, nous ne puissions, avant l’avènement de Machia’h, mettre en pratique les mobiles spirituels qui prédomineront alors, nous sommes toutefois capables d’anticiper l’ère à venir et d’expérimenter, dès à présent, un avant-goût de ce que nous vivrons alors. Quand notre vie est consacrée à un but spirituel, nous ressentons un sentiment d’accomplissement qui établit une harmonie entre tous les divers composants de notre être.

Cette unité n’est pas artificielle. Bien au contraire, elle reflète la vérité intérieure de notre être car l’âme est «une véritable partie de D.ieu En Haut». Tous nos potentiels renvoient à cette intériorité fondamentalement divine. Et lorsque nous nous concentrons sur ce potentiel divin, nous sommes à même d’apprécier les étincelles divines qui existent dans chaque élément de l’existence.

lire plus…