Tout a commencé en 1987, quand le Rabbi envoya une lettre pour le 6ème gala annuel de l’organisation Brit Avraham (qui se charge de faire entrer les Juifs sortis de Russie dans l’alliance de notre père Avraham, la circoncision).

Le Rabbi y comparait le but de cette association au fait d’allumer la Menorah : aussi bien la circoncision que l’allumage de ‘Hanouccah éveillent l’âme juive à illuminer l’environnement avec « la bougie de la Mitsva et la lumière de la Torah ».

En recevant cette lettre, Rav Mordechai Kanelsky décida d’organiser des fêtes de ‘Hanouccah pour les nouveaux immigrants venus de Russie et d’établir des Menorot géantes dans les plus grandes places publiques. D’année en année, ce projet prit des dimensions de plus en plus importantes : les membres de l’organisation se mettaient en contact avec de nombreux notables municipaux qui, tous, étaient heureux de se joindre au cercle de lumière. Près de 25 grandes Menorot furent ainsi érigées dans les principales villes de l’état du New Jersey.

Ces allumages étaient l’occasion de grandes fêtes pour ces Juifs issus de l’ancienne Union Soviétique : à l’époque où la pratique religieuse était encore interdite dans ce pays communiste, les Russes les plus âgés se faisaient prendre en photo devant une Menorah géante, avec le bâtiment de la Mairie ou de la préfecture en arrière-plan. Ils envoyaient ces photos à leurs proches parents restés en Russie pour qu’ils sachent qu’aux États-Unis, la liberté religieuse était respectée, qu’on pouvait pratiquer fièrement et sans peur sa foi. D’ailleurs, lors d’un de ces allumages, une dame demanda à parler : les larmes aux yeux, elle déclara que cette Menorah avait illuminé sa Nechama (son âme) ainsi que celles de ses parents qui avaient été brutalement assassinés à Babi Yar par les Nazis.

Durant ces années, quiconque passait par les principales villes apercevait ces lumières et prenait conscience du message de ‘Hanouccah ; cependant, les autoroutes et voies périphériques – empruntées par des millions de voyageurs – ne bénéficiaient pas de cette lumière.

Jusqu’à une dizaine d’années.

Un des sénateurs du New Jersey, Robert Gordon changea de bureau et demanda à cette occasion à son ami Mordechai Kanelsky de venir poser la Mezouza à sa porte. Rav Kanelsky se rendit à son bureau avec son beau-père, Rav Berel Zaltzman. Au dernier moment, sa belle-mère qui s’impliquait énormément dans la Mitsva de Mezouza décida de les accompagner.

Deux jours plus tard, la veille de Yom Kippour, Mme Zaltzman décéda dans un accident de voiture. Quand le sénateur Gordon entendit cette tragédie, il alla consoler les endeuillés et demanda à Rav Kanelsky : « Que puis-je faire pour honorer sa mémoire ? ».

A cet instant, Rav Kanelsky se souvint des sombres autoroutes qui traversaient le New Jersey et proposa : « Si vraiment vous désirez agir en grand pour elle, servez-vous de votre carnet d’adresses afin d’obtenir la permission d’allumer une Menorah publique à l’entrée du pont de Goethals ! Cela constituera une lumière éternelle pour l’âme de ma belle-mère ! ».

Le sénateur accepta mais il lui fallut un certain temps pour finalement atteindre la personne adéquate qui chapeautait le Port Authority. (Port Authority de New York et New Jersey construit, surveille et fait fonctionner toutes les infrastructures vitales de ces deux états ; ceci inclut les aéroports, ports maritimes, gares, routes, ponts et autoroutes).

Dès la première rencontre, le responsable déclara qu’il n’était pas dans ses attributions de permettre d’ériger une Menorah sur le pont mais il pourrait obtenir d’en établir une devant le bureau principal du Port Authority. De fait, il fallut presqu’une année pour réunir tous les papiers nécessaires et la première Menorah fut enfin érigée sur Goethals Bridge, attirant l’attention des millions de passagers qui y transitent chaque jour.

Cela ne suffisait pas pour Rav Kanelsky. Lors de la rencontre suivante, il remercia évidemment le responsable mais cita immédiatement le concept talmudique cher au Rabbi : « Celui qui possède cent aspire à deux cents ! ». Il proposa donc au responsable d’être l’hôte d’honneur du prochain dîner de gala. L’homme refusa mais suggéra de donner cet honneur au député Bill Baroni qui était aussi le directeur exécutif de Port Authority.

Il s’avéra que celui-ci était si occupé qu’il fallut près de six mois pour obtenir un rendez-vous dans son bureau de Manhattan, rendez-vous qui ne devait en aucun cas dépasser les cinq minutes ! Dès le début de l’entrevue, M. Baroni asséna : « Je sais que vous désirez ériger une Menorah sur les ponts principaux et je veux savoir pourquoi vous estimez que c’est si important ! ».

Rav Kanelsky décida d’en appeler au sens de la compassion de M. Baroni et, d’une voix empreinte d’émotion, s’écria : « Je suis arrivé d’Union Soviétique aux États-Unis il y a trente ans. Là-bas, mon père avait été obligé de changer de travail dix-huit fois pour ne pas travailler le Chabbat. Moi-même, j’ai dû me cacher durant un an et demi dans une cave pour ne pas avoir à fréquenter une école publique et transgresser le Chabbat. Nous avons risqué jusqu’à notre vie pour parvenir à respecter toutes les Mitsvot du mieux possible. Il est une Mitsva que, même au prix de grands sacrifices, il nous était impossible d’observer et c’était l’allumage de la Menorah en public pour faire connaître le miracle. Il était évident que si nous l’avions fait, nous aurions été jetés en prison ou même envoyés en Sibérie. Toute ma vie là-bas, je me suis demandé quand pourrais-je accomplir au mieux cette Mitsva ! Maintenant, il se trouve près de trente mille Juifs originaires de Russie dans le New Jersey et tous partagent le même rêve !

« Vous, M. Baroni, vous êtes responsable de tous les ponts et autoroutes de la région ! Vous avez la capacité de permettre à des centaines de milliers de Juifs de réaliser leur rêve ! Si vous leur accordez cela, ils ressentiront vraiment la différence entre l’Union Soviétique et les États-Unis d’Amérique ! Là-bas, un tel allumage les aurait menés tout droit au Goulag tandis qu’ici, cela sera fait avec l’approbation des autorités officielles du gouvernement ! ».

M. Baroni fut très impressionné par ce plaidoyer et approuva immédiatement la pose d’une grande Menorah devant les ponts George Washington, Goethals, Bayonne et Outerbridge Crossing.

Les années suivantes, suite au succès de ces manifestations paisibles et joyeuses, d’autres allumages furent organisés dans de nombreux autres endroits publics avec la participation, la présence et l’aide des autorités. Quelques jours avant la fête, les employés de Port Authority érigent la Menorah et, après la fête, la démontent et la stockent dans leurs entrepôts. Ainsi le message de ‘Hanouccah est transmis bien avant et même après la fête à des millions de passagers.

Avremele Rainitz

Traduit par Feiga Lubecki