Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/21/d815967679/htdocs/wordpress/wp-content/themes/Divi/includes/builder/functions.php on line 4993

Warning: session_start(): Cannot start session when headers already sent in /homepages/21/d815967679/htdocs/wordpress/wp-content/themes/HABAD/header.php on line 1
Le mot du rabbin | Habad 66 Le mot du rabbin | Habad 66

Qu’avez vous dis: Omer?

Lorsque l’on traverse les jours de l’Omer, entre ces deux grandes balises que constituent les fêtes de Pessa’h et de Chavouot, on ne peut pas ne pas noter la connotation de tristesse qui s’y attache et vient comme doubler la signification naturelle de ces jours, toute...

Vous avez dit « miracles » ?

Alors que, dans toutes les maisons juives, c’est Pessa’h qui est au cœur de toutes les préoccupations, il peut paradoxalement être facile d’oublier l’essentiel. Au milieu de tout cela, il faut savoir se souvenir que nous vivons ce mois d’absolu : Nissan. Le mois...

Oui, il faut juste se préparer!

On prépare la cuisine pour Pessa’h en la « cachérisant, c’est-à-dire que l’on y fait disparaître toute trace de ‘Hamets. PLATS ET USTENSILES : Il est conseillé d’avoir une vaisselle et une batterie de cuisine exclusivement réservées pour...

Le Rabbi ne commet pas d’erreurs

Appelons-le Chimon. Ce ‘Hassid tenait à passer la fête de Pessa’h, chaque année, chez son Rabbi. C’était un aubergiste qui fermait son débit de boisson pendant Pessa’h puisque ses alcools étaient ‘Hamets. Chaque année, il nettoyait sa maison bien en avance,...

Et le vôtres, à lieu quand?

Certaines idées ne s’imposent pas d’elles-mêmes, elles ont comme besoin d’un événement fondateur. Elles sont pourtant bien souvent importantes. Réfléchissons donc à un concept presque anodin, celui de l’anniversaire. Quelqu’un naît, par nature et nécessité, un certain...

La punition du farceur

Mon oncle, Dr Feldman était un des docteurs personnels du Rabbi. Quand j’avais 11 ans, je m’amusais avec mon cousin à entrer dans son bureau après ses heures de réception des malades et nous effectuions des appels téléphoniques fantaisistes. Un jour, par manque...