Chaque enfant juif possède par essence la conscience que D.ieu existe ; cependant, cela ne suffit pas pour assurer qu’il mènera une vie saine avec pratique des Mitsvot et étude de la Torah. Pour cela, il est nécessaire de nourrir cette croyance innée :

– En racontant aux enfants, dès l’âge de six ans ou même avant, des histoires de nos Sages qui n’ont pas hésité à se sacrifier pour rester fidèles à la tradition juive, comme Rabbi Akiva, ‘Hanna et ses sept fils, les martyrs de l’Inquisition, des pogromes d’Europe et d’Afrique du nord ou de la Shoah…

– En expliquant les «merveilles de la Nature», aussi bien en biologie qu’en astronomie, médecine etc.

– En commentant la Michna (Avot 2 : 1) : «Sache ce qui est au-dessus de toi et ainsi, tu ne viendras pas à fauter : un œil qui voit, une oreille qui entend et toutes tes actions sont écrites dans le livre». Chacun doit être conscient qu’il existe un jugement et un Juge, que les bonnes actions sont toujours récompensées, tôt ou tard. Notre cerveau est limité et ne peut pas toujours comprendre les calculs de D.ieu mais le monde n’est pas une jungle, il est régi par des lois que nous devons étudier et appliquer.

– En insistant, à l’école, non pas tant sur les résultats aux examens et les notes mais aussi et surtout sur les bonnes relations avec les camarades et les professeurs, l’enthousiasme dans l’accomplissement des Mitsvot et l’étude de la Torah, le respect des autres et la bonne influence sur les autres élèves.

– En donnant soi-même l’exemple vivant de la joie de la Mitsva, du respect scrupuleux des lois et coutumes de la Torah et de la déférence vis à vis des Rabbanim et autres personnalités remarquables de la communauté.

F.L. d’après Rav Yossef Hartman – (Kétsad Ne’haneh eth Yaldénou)