Le Rabbi Maharach expliqua que Rabbi Eléazar donnait une pièce à un pauvre avant de prier car la prière doit être vivante.

Or, en donnant de la Tsédaka à un pauvre avant la prière, on lui apporte la vie etll’on peut soi-même en tirer une vitalité accrue, pendant cette prière, au delà de toute imagination