Il peut sembler bien ambitieux d’affirmer des valeurs et des références stables et sures dans un monde que les événements rendent, chaque jour, plus incertain. Bien sûr, la tentation est grande de se dire que ce qui faisait sens hier en est bien dépourvu aujourd’hui. Toutefois, la facilité a rarement raison. L’expérience montre, à qui veut voir, que la voie moins aisée est souvent la plus fiable, selon la formule du Talmud « le chemin long et court » – « long » car c’est là sa réalité mais « court » car il conduit au but recherché avec certitude.

Cette semaine en donne une illustration concrète : le congrès international des Chlou’him – des émissaires du Rabbi dans le monde entier – se tient à New York. Comme chaque année, dira-t-on peut-être. Alors il convient de le préciser : bien plus que chaque année, par le nombre des participants autant que par la vigueur et l’enthousiasme qui s’en dégagent. La question s’est toujours posée à celui qui regarde le phénomène en observateur extérieur : ce sont là des hommes qui connaissent toutes les conditions de vie possibles. Ils vivent les changements sociaux, voire politiques, au plus près du terrain. Ils savent le prix d’une action, l’importance d’une décision, la valeur des relations humaines. Personne plus qu’eux n’est au fait de l’incertitude des temps. Et pourtant, ils restent tels qu’en eux-mêmes, toujours en mouvement mais appuyés sur des normes et des paroles éternels, porteurs d’un enseignement éternel. Sont-ils donc un rare îlot de stabilité dans un monde mouvant ?

Disons plutôt qu’ils représentent un révélateur de courants anciens et puissants qui donnent la véritable direction. Certes, ils ne choisissent pas le chemin le plus facile. Mais n’a-t-on pas dit que celui-ci n’est pas obligatoirement le plus sûr ? Force est de le constater : ils tiennent un langage que chacun entend et comprend. Ainsi ils changent le cours des choses. Ce congrès annuel des Chlou’him n’est pas uniquement l’occasion de retrouvailles attendues non plus que la manifestation de leur présence et de leur conviction jamais démentie. Il est l’expression d’une volonté en marche, celle du Rabbi qui eut, dès les années 50, la vision des temps qui allaient venir. Dans ce congrès, c’est aussi son avancée qui prend un caractère tangible. A chacun d’en être le partenaire.

De l’autre coté de l’atlantique, on se tiendra informer des évènements et des initiatives qui s’y déroule.