En 5744 (1984), le Rabbi de Loubavitch proposait d’étudier chaque jour, le Michné Torah du Rambam (Rabbi Moché ben Maïmone, Maïmonide / 1135 – 1204).

Pour cela, il suggérait trois rythmes d’étude :

– Soit trois chapitres par jour (de façon à terminer l’étude des quelques 900 chapitres en un peu moins d’un an)

– Soit un chapitre par jour (de façon à terminer l’étude en un peu moins de trois ans)

– Soit, pour ceux (et surtout celles) qui ne peuvent pas assumer ce rythme, une ou plusieurs Mitsvot – telles qu’elles sont décrites dans le Séfer Hamitsvot du même Rambam – par jour, en suivant scrupuleusement l’ordre de l’étude du premier cycle (trois chapitres, comme décrit plus haut).

Cette proposition fut accueillie avec enthousiasme et c’est ainsi que des centaines de milliers de Juifs se mirent à l’œuvre et s’aperçurent qu’ils étaient capables – certainement grâce aux forces procurées pour cela par le Rabbi – d’étudier ce monument de la loi juive qu’est le Michné Torah. Cet ouvrage avait longtemps été réservé aux érudits (sauf quelques passages comme Hil’hot Déot – les Lois concernant l’amélioration du caractère – et Hil’hot Techouva  – les lois concernant le retour à D.ieu). Il est maintenant à la portée du plus grand nombre, avec traduction et commentaires en français. Ainsi, chacun peut étudier tous les commandements de la Torah.

A l’initiative du Kéren Chmouel (fondé à la mémoire du regretté Rav Chmouel Azimov), le Beth Loubavitch propose tous les matins sur Radio J (94.8 FM) entre 7 heures et 7 heures 15 l’étude de la Mitsva du jour.

Jeudi 17 Tamouz (9 juillet 2020), dans le monde entier, on célèbre le 39ème Siyoum (pour ceux qui ont étudié trois chapitres ou le Séfer Hamitsvot chaque jour) et le 13ème Siyoum (pour eux qui étudient un seul chapitre par jour). Le lendemain, on recommence cette étude avec des forces renouvelées, sachant qu’ainsi, non seulement il (ou elle) étudie la Torah mais aussi s’unit avec les Juifs du monde entier autour de ce trésor de l’érudition juive.

Puissions-nous tous mériter, par ce mérite, d’accueillir très prochainement le Machia’h, quand « la connaissance de D.ieu remplira le monde comme l’eau recouvre les mers » !