Le 33ème jour du compte de l’Omer rappelle la Hiloula (décès) de Rabbi Chimon Bar Yo’haï qui avait demandé que cette date soit célébrée comme un jour de joie (puisqu’il y avait achevé de façon parfaite sa mission sur terre). Ce jour marque une pause dans la période de deuil instituée à cause d’une terrible épidémie qui avait frappé les disciples de Rabbi Akiba.

– En ce jour, on ne récite pas les prières de Ta’hanoune (supplications), ni la veille (lundi après-midi 11 mai 2020).

– Nombre de gens ont la coutume de se rendre sur le tombeau de Rabbi Chimon Bar Yo’haï à Meron, près de Tibériade en Galilée ; on y procède à la première coupe de cheveux des garçons qui ont atteint l’âge de 3 ans depuis Pessa’h.

– On organise des réunions ‘hassidiques joyeuses.

– On a la coutume de manger des caroubes, en souvenir de ces fruits dont se nourrissaient Rabbi Chimon et son fils Rabbi Eléazar quand ils se cachaient dans une grotte à cause des Romains. Certains ont aussi la coutume de manger des œufs durs dont la coquille serait devenue marron durant la cuisson.

– On donne davantage de Tsedaka (charité).

– Les enfants sortent et défilent tous ensemble fièrement dans la rue avec des drapeaux et des pancartes les encourageant à étudier la Torah et accomplir les Mitsvot : le but de la descente de l’âme dans le corps est de « marcher », d’avancer dans la vie. Ces défilés donnent chaleur et vitalité à l’étude formelle et prolongent l’enthousiasme des enfants dans leur éducation.

– Lag Baomer est un moment propice pour prier pour la naissance d’enfants et leur bonne éducation.

F.L. (d’après Hamitsvaïm Kehala’ha)