Certaines actions sont interdites par la Torah ou les Rabbanim. D’autres actions sont interdites de peur qu’on puisse croire qu’on transgresse un commandement.

Par exemple, on n’entrera pas dans un restaurant non-cachère de peur qu’un passant imagine qu’on aille y manger – même si on y entre uniquement pour s’abriter de la pluie ou pour s’y laver les mains.

De même : si on cuisine de la viande avec du lait de soja ou de coco, on laissera la bouteille bien en évidence – de peur que quelqu’un s’imagine qu’on a cuisiné la viande avec du lait. De même, on évitera de donner à des aliments par ailleurs cachères la forme d’un animal non cachère.

Même quand on est seul, on doit veiller à ne pas agir d’une manière qui pourrait être mal comprise : de même qu’un acteur s’identifie parfois complètement avec le caractère qu’il interprète, de même une personne est affectée par ses actions et pourrait prendre plaisir à passer à l’acte. Nul n’est insensible à son environnement et chaque action nous influence.

(d’après Rav Aaron Moss – Chabad.org)