Dans le cadre de notre deuil pour la destruction du Temple et l’exil d’Israël, nous nous abstenons d’activités agréables lors de la nuit et de la journée du 9 Av, à partir du coucher du soleil de la veille jusqu’à la tombée de la nuit le lendemain.

Concrètement, nous nous abstenons :

  • Nous nous abstenons d’activités agréables lors de la nuit et de la journée du 9 Av De manger et boire. Tous les adultes – y compris les femmes enceintes et qui allaitent – jeûnent en ce jour. Un malade doit consulter un rabbin. Une personne malade qui ne jeûne pas ne doit pas consommer de douceurs ou de mets délicats et ne doit manger que ce qui est absolument nécessaire pour sa santé.
  • De porter des chaussures en cuir, ou des chaussures qui comportent du cuir (même s’il ne s’agit que d’une semelle en cuir).
  • De nous asseoir sur un siège de hauteur normale, jusqu’à la mi-journée.
  • De nous baigner ou nous laver – “même de tremper un doigt dans de l’eau froide”.
    Exceptions :
    Quelqu’un qui se salit peut rincer l’endroit concerné avec de l’eau froide.
    Lorsque l’on cuisine – pour des enfants, ou pour le repas de l’issue du jeûne – il est permis de rincer les aliments même si cela conduit incidemment à se rincer les mains.
    Il est permis de se rincer les mains en sortant des toilettes.
    En se rinçant rituellement les mains le matin, l’eau doit être versée seulement sur les doigts.
  • D’appliquer des crèmes et des lotions.
    Il est cependant autorisé de baigner un bébé et de lui appliquer de la pommade.
  • De toute forme d’intimité conjugale.
  • D’envoyer des cadeaux, ou même de saluer quelqu’un par une formule habituelle telle que “bonjour” ou “comment allez-vous ?”.
  • De faire des sorties, des voyages ou d’autres activités d’agrément similaires.
  • De porter des vêtements de fête.
  • “Celui qui prend le deuil de Jérusalem méritera de contempler sa joie”D’étudier la Torah, parce que “les commandements de D.ieu sont justes et réjouissent le cœur” (Psaumes 19,9). Il est cependant permis – et recommandé – d’étudier les parties de la Torah qui traitent des lois du deuil, de la destruction des Temples et des tragédies qui ont frappé le peuple juif à travers son histoire. Cette prohibition débute à la mi-journée de la veille de Tichea beAv.

« Celui qui prend le deuil de Jérusalem méritera de contempler sa joie, comme le promet le verset (Isaïe 66,10) : “Réjouissez-vous abondamment avec elle, tous ceux qui prennent son deuil”. » —Talmud Taanit 30b.