Depuis la destruction du Temple (en l’an 69 de l’ère commune), les Sages ont décrété plusieurs mesures afin que, lors de chaque circonstance joyeuse, on se souvienne de cet événement tragique comme il est écrit (Tehilim – Psaumes 137) : « Si je t’oublie, Jérusalem, que ma droite m’oublie ! Que ma langue se colle à mon palais si je ne te mentionne pas, si je ne fais pas monter Jérusalem au sommet de ma joie ! »

– Un Juif ne se fera pas construire un palais à l’image du Temple

– S’il construit une maison, il laissera sur un mur face à l’entrée un carré d’environ 35 centimètres carrés (une Ama sur une Ama) sans peinture.

– Une femme ne mettra pas tous ses bijoux à la fois.

– Le voile de la mariée ne portera pas des fils d’or ou d’argent.

– On brise une assiette après avoir écrit le document du mariage et le marié brise un verre après la cérémonie en le piétinant avec le pied droit.

Le Rabbi de Loubavitch a demandé qu’on intensifie l’étude du plan du Beth Hamikdach, le saint Temple de Jérusalem pendant la période des trois Semaines qui en rappellent la destruction ; ainsi, par l’étude, on acquiert le mérite d’en préparer la reconstruction.

 (d’après le Kitsour Choul’hane Arou’h)