Il est rappelé au Peuple d’Israël, les treize matériaux qu’ils doivent apporter en contribution : de l’or, de l’argent et du cuivre ; de la laine teinte en rouge, bleu, violet ; du lin, des poils de chèvre, des peaux animales, du bois, de l’huile d’olive, des épices et des pierres précieuses, à partir desquels, dit D.ieu à Moché, « ils Me feront un Sanctuaire et Je résiderai parmi eux ».

Moché reçoit, au sommet du Mont Sinaï, les instructions détaillées sur la façon de construire cette résidence pour D.ieu, de manière à ce qu’elle puisse être immédiatement démantelée, transportée et rassemblée, au cours du voyage du peuple dans le désert.

Dans la chambre la plus intérieure du Sanctuaire, derrière un rideau tissé avec art, se trouvait l’Arche contenant les Tables de la Loi, gravées des Dix Commandements. Sur le couvercle de l’Arche, se tenaient deux anges enlacés, en or pur. Dans la chambre extérieure, s’élevait la Menorah à sept branches et était dressée la table sur laquelle étaient disposés « les pains de proposition ».

Les trois murs du Sanctuaire étaient fixés à partir de quarante-huit planches de bois. Chacune d’elles était plaquée d’or et soutenue par une paire de socles en argent. Le toit était constitué de trois couvertures : a) des tapisseries de lin et de laine multicolores, b) une couverture de poils de chèvre, c) une couverture de peaux de taureau et de Ta’hach. Devant le Sanctuaire était tendu un écran brodé, tenu par cinq piliers.

Autour du Sanctuaire et de l’autel de cuivre, placé devant, des rideaux de lin pendaient, soutenus par soixante piliers de bois, avec des crochets et des garnitures en argent, renforcés par des piquets en cuivre.

La lecture de la Torah commence par les mots : « Et vous me ferez un Sanctuaire et Je résiderai en lui », commandant au Peuple juif d’établir un lieu où la Présence Divine sera manifeste. A l’origine, ce commandement fut accompli par la construction du Sanctuaire qui accompagna les Juifs dans le désert. C’est ce que relatent notre Paracha et celles qui suivent.

Par la suite, quand les Juifs entrèrent en Terre Sainte, ils construisirent plusieurs Sanctuaires intermédiaires, jusqu’à ce que, finalement, le Temple fût construit sur le Mont Moriah, à Jérusalem. Depuis, il est interdit d’édifier un temple pour D.ieu, dans tout autre lieu, comme il est écrit : « Tel est le lieu où Je résiderai, à tout jamais ». C’est pour cette raison, que, malgré le fait que le Temple soit aujourd’hui détruit, la Sainteté de D.ieu réside toujours sur le Mont du Temple. De la même façon, nos Sages interprètent la prophétie : « Je ruinerai vos Sanctuaires » comme signifiant que « bien qu’ils aient été dévastés, leur sainteté perdure ».

Cependant, nos Sages expliquent que même après la destruction du Premier Temple, la Présence Divine accompagna les Juifs en exil. Aussi, avancent-ils, la construction des synagogues à Babylone n’avait pas pour seul but de donner aux Juifs des lieux où prier, mais de donner à D.ieu une résidence, comme si ces synagogues étaient « des sanctuaires microcosmiques » où la Présence Divine résidait de manière réduite.

Dans un sens plus large, le terme « sanctuaire microcosmique » est utilisé en référence à chaque foyer juif. Dans la plupart des maisons, les fenêtres sont construites de telle manière qu’elles laissent pénétrer la lumière. Mais dans le Temple, les fenêtres avaient été façonnées pour irradier la lumière vers l’extérieur, pour permettre la dissémination de la lumière du Temple dans le monde. Par le même biais, lorsqu’un Juif fonde un foyer, il ne s’agit pas seulement d’un lieu d’habitation pour lui et sa famille, mais d’un phare, illuminant tout son environnement de la conscience de D.ieu.

Dans un sens plus profond, l’intervention Divine mentionnée dans le verset ne se réfère pas uniquement à la manifestation de la Présence Divine dans le Temple ou dans des « sanctuaires microcosmiques » variés mais dans le cœur de chaque Juif. En fait, il y est fait allusion dans le verset cité ci-dessus : « Et vous Me ferez un Sanctuaire et Je résiderai en lui ». Car le terme qui signifie « en lui » est écrit au pluriel, indiquant que la présence de D.ieu ne résidait pas seulement dans le Sanctuaire mais dans chaque individu en particulier. Chacun de nous possède une étincelle Divine qui réside dans notre cœur.

De fait, de nombreux commandements de la Torah expliquent comment les différents ustensiles, les structures et les services du Temple sont parallèles aux relations avec D.ieu et nos prochains.

Quelle vision révolutionnaire de nous-mêmes ! Nous ne sommes pas des êtres humains limités, consumés dans le drame de la réalité de la vie. Nous sommes des sanctuaires pour la sainteté de D.ieu, avec la mission de répandre, dans notre environnement, la lumière de D.ieu. Quand nous prenons conscience de ce potentiel en nous et que nous le réalisons, l’atmosphère de notre foyer change et se transforme en « sanctuaire microcosmique ». Et ce concept continue de se développer, envoyant des ondes dans notre environnement et permettant l’existence d’un point central où la présence de D.ieu est manifeste.

Perspectives

Etudier les lois du Temple n’est pas un exercice d’histoire ou même, comme nous l’avons vu, un guide qui établit un parallèle avec notre propre développement spirituel. C’est le début du processus qui conduira à la véritable reconstruction du Temple. Et cela s’applique à chacun de nous au présent, même si nous ne vivons pas en Terre d’Israël.

Quand les Juifs furent exilés en Babylonie, D.ieu révéla les détails de la structure du futur Temple au prophète Yé’hézkiel. Nos Sages rapportent que le prophète répondit : « Maître de l’Univers ! Pourquoi me demander de décrire à Israël la structure du la Maison ?… En ce moment, ils sont en exil, entre les mains de nos ennemis. Peuvent-ils faire quoi que ce soit ? Laisse-les jusqu’au retour de l’exil. Et alors, j’irai les informer ».

D.ieu répondit : « La construction de Ma maison devrait-elle être ignorée parce que Mes enfants sont en exil ? …L’étude de la Torah (de la description du Temple) est considérée comme équivalente à sa construction effective… Et, en récompense de leur étude… Je la considérerai comme s’ils avaient réellement construit le Temple ! »

Accomplir le commandement de la construction du Temple à travers l’étude nous donne ainsi l’opportunité d’en faire une construction réelle.