Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/21/d815967679/htdocs/wordpress/wp-content/themes/Divi/includes/builder/functions.php on line 4993

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/21/d815967679/htdocs/wordpress/wp-content/themes/Divi/includes/builder/functions.php:4993) in /homepages/21/d815967679/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/post-views-counter/includes/counter.php on line 315

Warning: session_start(): Cannot start session when headers already sent in /homepages/21/d815967679/htdocs/wordpress/wp-content/themes/HABAD/header.php on line 1
On ne renonce jamais au bonheur, c’est aujourd’hui! | Habad 66 On ne renonce jamais au bonheur, c’est aujourd’hui! | Habad 66

Semaine paradoxale. Elle a commencé par le 5 Tévèt et ses images de victoire et de liesse. On s’en souvenait dans ce même cadre la semaine dernière : des livres inestimables dérobés de la bibliothèque amassée par le Rabbi et son prédécesseur, des livres détournés ainsi, pour des intérêts personnels, de leur fin première, servir à tous. La victoire était donc claire : des livres restitués, une sainteté qui retrouve sa place. La joie ne pouvait être qu’infinie. Mais voici que cette semaine s’achève, en veille du Chabbat, par le 10 Tévèt, vendredi prochain, un anniversaire aussi mais d’une couleur bien différente. 10 Tévèt : le jour où les armées venues de Babylone commencèrent le siège de Jérusalem. C’est la première étape d’un drame : la brèche dans la muraille de la ville puis la prise et la destruction du Temple vont s’ensuivre. Ici, la tragédie historique du peuple juif commence et l’allégresse d’il y a à peine quelques jours semble bien lointaine à présent. Faut-il donc ainsi passer d’une émotion à une autre strictement opposée ? Est-il possible de vivre ce qui semble être un bouleversement intérieur trop rapide ?

Bien souvent, les événements graves dépendent du regard que l’on y porte. De façon intrigante, le mot hébreu qui signifie « mettre le siège » peut également se traduire par « soutenir ». En fait, dans les deux interprétations, le terme employé renvoie à l’idée de « s’approcher » de la ville. Cette ambivalence souligne à quel point la signification de tout fait est suspendue à ce que l’homme peut en tirer. Et les commentateurs de relever : si le peuple juif était alors revenu à D.ieu, s’il avait placé sa confiance en Lui, cet « approchement – début du siège » serait devenu « approchement – soutien ». Malheureusement, il n’en fut rien et la concrétisation fut négative. Comment mieux dire que la joie de la victoire et la tragédie de l’invasion sont deux faces d’une réalité qui dépasse largement les contingences humaines ? Comment mieux dire que c’est en l’homme que réside le secret du bonheur et que c’est finalement à lui de choisir ce que sera son sort ?

Quant à nous, bien des siècles plus tard, nous retenons la leçon de l’histoire. Nous savons construire le monde qui vient. Par nos actes, par nos décisions, par notre regard, nous savons faire en sorte que le positif des choses apparaisse toujours. Le bonheur ultime, celui qu’apportera Machia’h, commence en nous. Quand revient le 10 Tévèt, faisons qu’il éclaire avec force notre chemin.