Jeudi soir 8 octobre, c’est Hochaana Rabba – les hommes restent debout toute la nuit, lisent le livre de Devarim (Deutéronome) puis le livre de Tehilim (Psaumes). Dans certaines communautés, on mange dans la Souccah des pommes rouges trempées dans le miel.

Vendredi matin 9 octobre, Hochaana Rabba, la prière est particulièrement longue.

On encercle sept fois la « Bimah », dans les règles sanitaires, au centre de la synagogue puis on frappe cinq fois le bouquet de 5 « Hochaanoth » (branches de saule) par terre comme l’ont enseigné les Prophètes.

Vendredi soir 9 octobre, Chemini Atseret. Après avoir mis quelques pièces à la Tsedaka (charité), en Ile-de-France avant 18h 57, les femmes mariées allument au moins deux bougies (les jeunes filles et les petites filles allument une bougie) plus une bougie de 48 heures avec les bénédictions suivantes :

1) « Barou’h Ata Ado-naï Elo-hénou Mélè’h Haolam Achère Kidéchanou Bémitsvotav Vetsivanou Lehadlik Nèr Chel Chabbat Vechel Yom Tov » –

2) « Barou’h Ata Ado-naï Elo-hénou Mélè’h Haolam Chéhé’héyanou Vekiyemanou Vehigianou Lizmane Hazé »

On mange dans la Souccah, mais sans bénédiction.

Samedi matin 10 octobrle les communauté Ashkenaz récite la prière de Yizkor à la mémoire des parents disparus.

On mange dans la Souccah sans bénédiction.

Samedi soir 10 octobre, c’est Sim’hat Torah. En Ile-de-France après 19h 56, les femmes mariées allument à partir de la bougie de 48h au moins deux bougies (les jeunes filles et les petites filles allument une bougie) avec les bénédictions suivantes :

1) « Barou’h Ata Ado-naï Elo-hénou Mélè’h Haolam Achère Kidéchanou Bémitsvotav Vetsivanou Lehadlik Nèr Chel Yom Tov »

2) « Barou’h Ata Ado-naï Elo-hénou Mélè’h Haolam Chéhé’héyanou Vekiyemanou Vehigianou Lizmane Hazé »

On danse joyeusement avec la Torah autour de la Bimah dans la synagogue. On ne mange plus dans la Souccah.

Tous les soirs de Souccot, on organise, si possible même dans la rue, une fête joyeuse, Sim’hat Beth Hachoéva.

Dimanche soir 11 octobre, après 19h 55 (à Perpignan) la fête se termine et on récite la Havdala sans bougie tressée et sans épices odorantes.