Après une nuit de sommeil, l’être humain est semblable à une nouvelle créature qui s’apprête à passer une nouvelle journée au service de son Créateur.

Comme le Cohen (prêtre, descendant d’Aharon) qui devait se laver les mains avant d’entrer dans le Temple, le Juif se lave les mains dès que commence une nouvelle journée comme il est écrit : « Je me laverai les mains en propreté et j’entourerai Ton autel » (Tehilim – Psaumes 26 : 4).

De plus, durant le sommeil, l’âme quitte le corps dans une certaine mesure et des forces malfaisantes s’en emparent. Au réveil, l’âme reprend sa place mais les forces du mal subsistent sur les doigts, jusqu’à ce qu’on se lave les mains rituellement. Pour cela, avant d’aller dormir, on prépare à côté du lit une bassine avec un Kéli (récipient) : dès qu’on se réveille, on remercie D.ieu (avec la courte prière de Modé Ani) puis on verse un peu d’eau d’abord sur la main droite puis sur la main gauche, trois fois de suite. (Cette eau devra ensuite être jetée). On ne marche pas trois pas avant de s’être lavé les mains.

Une fois qu’on s’est habillé et qu’on est prêt à démarrer la journée, on se relave les mains rituellement et on prononce la bénédiction « Al Netilat Yadayim ». Le précédent Rabbi de Loubavitch expliquait que le mot Netilat signifie littéralement « prendre » : quand nous nous lavons les mains le matin, nous exprimons notre désir de prendre le contrôle de nos mains, c’est-à-dire de consacrer toutes nos activités de la journée au service de D.ieu.

 (d’après le Kitsour Choul’hane Arou’h)