Une aide financière aux personnes nécessiteuses d’un montant de plus de 2500€ annuellement,

Cette aide a plusieurs manières d’expressions : dons et prêt.
Le judaïsme enseigne que Le Créateur est l’ultime propriétaire, l’homme n’étant qu’un ‘locataire’ temporaire ou un serviteur sur terre qui lui est ‘alloué’. Les biens que ce sol produit sont redevables à l’Éternel, qui décide de partager les ressources entre riches et pauvres.
Le concept juif de la Tsedaka diffère de la charité au sens commun, car celle-ci est le fait de la décision et de l’humeur des fidèles, alors que la Tsedaka est une obligation donnée par Hashem à tous les Juifs indépendamment de leur statut financier ou de leur volonté de donner bien qu’évidement, il soit préférable de vouloir donner et accomplir cette Mitsva avec la conscience et le cœur envers le prochain.
Donner l’aumône aux pauvres est effectivement une grande Mitsva, mais prêter et dépanner financièrement ne fournissant aucun intérêt, est encore plus grande Mitsva. Guemilouth ‘Héssèd.
Comment accomplir la Mitsva? Très simple. Quand quelqu’un vient vers vous pour un prêt, et vos moyens vous le permettent, faites-le. Lui donné un prêt sans intérêt pour qu’il puisse utiliser l’argent et se rétablir. Tout en donnant la charité qui aidera un jour et une situation exceptionnelle, à l’octroi, le prêt donne à l’emprunteur la possibilité d’utiliser l’argent, l’investir dans les bons canaux et, finalement, de rembourser le prêt.

Voici quelques règles importantes pour l’octroi de prêt sans intérêt.

  • Ne pas demander un prêt si vous savez que vous ne seriez pas en mesure de retourner l’argent. Demander la Tsedaka, que l’emprunteur ne soit pas enduit dans l’erreur.
  • La Torah dit aussi que si nous savons que l’emprunteur est en difficulté financière et ne peut pas retourner la dette, nous ne devrions pas lui faire la honte le déranger pour récupérer l’argent qu’il nous doit. Il nous l’a rendra quand il le pourra.
  • pour éviter tout oubli et indifférant, la Tora préconise que tous prêt soit établi, écrit et signé en bonne difforme.