Tellement de celibataires autour de nous. encore ce Chabath durant l’office que ces personnes si admirable m’ont prit en concideration et mon handicape et sont prier au ‘Habad. les hommes comme les femmes sont tous en attnedent du boneur vrai et ettabli… Alors, pour les stimulée…:

– Le jour du mariage est comparé à Yom Kippour car les fautes des mariés leur sont pardonnées. C’est pourquoi ils jeûnent jusqu’après la cérémonie de la ‘Houpa – sauf les jours particuliers comme Roch ‘Hodech. Dans certaines communautés, les parents des mariés jeûnent également. Les mariés reviendront sincèrement à D.ieu et prendront de bonnes décisions.

– Il est d’usage que le fiancé s’immerge dans un Mikvé (bain rituel) le matin du mariage. Avant leur mariage, les mariés et leurs parents se recueilleront sur la tombe de Tsadikim et des parents disparus pour demander leurs bénédictions.

– On donnera davantage de Tsedaka (charité) le jour du mariage. On multipliera la récitation de Tehilim (Psaumes) – si possible tous les Tehilim. Avant la prière de Min’ha, le fiancé étudiera avec ferveur le chapitre 25 du Tanya. Pendant la prière de Min’ha, les fiancés récitent le Vidouy (confession) comme à Yom Kippour.

– Avant la ‘Houpa, le jeune homme vient couvrir le visage de la mariée : en effet, le visage de la jeune fille reflète à ce moment la Présence Divine et cela pourrait nuire à ceux qui la regardent. De plus, le marié démontre ainsi qu’il ne l’épouse pas pour sa beauté physique mais pour sa véritable beauté intérieure. La mariée ne porte pas de bijoux en or pour montrer qu’il ne l’épouse pas pour sa richesse mais pour sa véritable richesse intérieure. Le marié ne garde rien dans les poches.

– Les mariés sont amenés vers la ‘Houpa par deux couples mariés (si possible leurs parents).

– « Il est connu qu’au moment de la ‘Houpa, les âmes des ancêtres viennent du Monde de Vérité pour bénir leurs descendants ». (Séfer Hamaamarim de Rabbi Yossef Its’hak – d’après le Zohar).

– La ‘Houpa sera établie sous le ciel pour assurer aux mariés une descendance aussi nombreuse que les étoiles.

(d’après Cheva’h Hanisuin)