Comme on peut le deviner, Rav Kanelsky n’est pas homme à se contenter de ses acquis. Constamment, il aspire à ajouter et améliorer car la tâche est infinie.

Après avoir obtenu que les lumières de ‘Hanouccah illuminent les principaux ponts de la région de New York, il profita de ses nouvelles relations pour demander la permission d’installer une Menorah géante devant l’aéroport de Newark. Et encore une autre devant l’entrée de la plus grande gare ferroviaire du New Jersey, celle qui assure la liaison avec New York.

Une Mitsva entraîne une autre Mitsva. L’aéroport de Newark abrite un terminal de la compagnie israélienne El Al et, à la vue de cette grande Menorah fixée tout près d’eux, les responsables de la compagnie demandèrent à Rav Kanelsky (dont ils avaient pu apprécier l’amabilité et l’efficacité) d’installer un stand ‘Habad à proximité. Bien entendu, Rav Kanelsky ne se le fit pas dire deux fois et ce sont maintenant ses fils qui animent et gèrent ce stand, très actif lors des nombreux vols en provenance et à destination d’Israël. Que ce soit pour prier ou pour étudier en attendant un avion, pour se renseigner sur les horaires de Chabbat ou sur les prochaines fêtes, pour feuilleter les prospectus ou mettre les Téfilines (après tout, autant occuper son temps de façon intelligente quand on attend parfois des heures…) ou tout simplement pour bavarder et se trouver des amis communs, un stand Loubavitch est toujours le bienvenu !

Tout ceci est sponsorisé par de généreux donateurs à qui Rav Kanelsky offre le grand mérite d’allumer la Menorah devant les milliers de personnes qui viennent parfois de loin pour assister à l’événement, toujours émouvant et joyeux.

Il y a quelques années, un de ces donateurs arriva, accompagné de sa femme, de ses enfants, de ses parents et beaux-parents afin de leur montrer ce que signifie la fierté d’être juif. Hissé sur la grue, à quelques mètres du sol, c’est avec beaucoup d’émotion qu’il récita les bénédictions et procéda à l’allumage alors que des équipes de télévision en transmettaient toutes les étapes. Bien entendu, tout ceci impressionna beaucoup l’assistance et surtout sa famille.

Puis il pleura.

– Pourquoi pleurez-vous ? s’alarma Rav Kanelsky.

– En tant que Juif élevé dans l’ex-Union Soviétique, je n’avais jamais rêvé qu’un jour viendrait où j’allumerais une immense Menorah face à des centaines, des milliers de passagers !

Après s’être un peu remis, le donateur déclara qu’il s’était beaucoup rapproché de la pratique religieuse. Ainsi, il avait l’habitude de mettre les Téfilines tous les jours. D’ailleurs il s’était acheté deux paires de Téfilines, afin d’en avoir une chez lui et une dans son bureau – pour les jours où il ne pouvait pas les mettre chez lui à la maison ou à la synagogue. Il avait toujours pris soin de fermer la porte de son bureau pour que personne ne l’aperçoive en train de prier. Oui, cela le gênait. Mais maintenant qu’il avait allumé la Menorah devant toute cette foule à l’aéroport de Newark, il réalisait qu’il n’y avait vraiment pas de quoi être embarrassé de pratiquer le judaïsme. Quand un Juif venait le voir pour traiter affaires, il lui proposait d’abord de mettre les Téfilines ! Et les affaires se passaient alors dans une ambiance plus détendue et de bien meilleure façon – pour les deux partenaires.

Certains de ses visiteurs se montraient sceptiques : « Vraiment ? Vous mettez les Téfilines chaque jour ? Incroyable ! ». Il rétorquait alors : « Non seulement je mets moi-même les Téfilines chaque jour mais je sais aussi aider les autres à les mettre ! Mes amis Loubavitch m’ont appris à aider les autres de la même façon qu’ils m’ont aidé et continuent de le faire ! ».

Plus d’une cinquantaine d’allumages publics ont lieu maintenant dans tout le New Jersey grâce aux efforts de l’organisation Brit Avraham. Ainsi pas un seul Juif n’a pas été exposé au moins une fois à la lumière de ‘Hanouccah. Et cela ne laisse personne indifférent.

Cette lumière impacte aussi les nations du monde : les membres du Sénat et de l’Assemblée de New Jersey ont décerné à l’organisation Brit Avraham un prix spécial pour ces lumières qui illuminent tout cet état pour la paix et la concorde entre les communautés.

Avremele Rainitz

Traduit par Feiga Lubecki