Dès qu’on se réveille le matin, encore dans son lit, on récite la courte prière « Modé Ani Lefané’ha Mélè’h ‘Haï Vekayam Chéhé’hézarta Bi Nichmati Be’hemla. Rabba Émounaté’ha » (Je reconnais – et remercie – devant Toi, Roi vivant et éternel, car Tu m’as rendu mon âme avec miséricorde. Grande est Ta confiance).

Ensuite, on se lave les mains rituellement avant même de se lever. Pourquoi ?

1) Les Cohanim (descendants d’Aharon, le grand prêtre) se lavaient les mains avant de débuter leur service dans le Temple de Jérusalem : chaque Juif est un prêtre dans le Temple miniature que sont sa maison et son cœur.

2) Tandis que le corps se repose, l’âme remonte au Ciel pour reprendre des forces. Seules les fonctions basiques de l’âme nécessaires à la survie du corps demeurent. Le vide ainsi formé engendre un état spirituel négatif appelé : impureté. Quand on se réveille, on se lave les mains pour enlever tout vestige de cette impureté.

3) Durant la nuit, les mains risquent de toucher des parties du corps normalement couvertes ; il est donc nécessaire de les laver avant de prier.

Pour cela, on aura installé auprès de son lit (mais non sous le lit) une bassine avec un Kéli (récipient muni d’anses, réservé à cet usage). On prend le Kéli dans la main droite, on le passe dans la main gauche et on verse un peu d’eau sur la main droite. Puis on passe le Kéli dans la main droite et on verse un peu d’eau sur la main gauche ; et ainsi trois fois de suite. Cette eau devra être rapidement jetée.

Une fois qu’on s’est lavé et habillé, on se lave à nouveau les mains rituellement dans l’évier puis on récite la bénédiction de Netilat Yadayim et toutes les autres bénédictions du matin.

La journée peut commencer.

(d’après Scroll – chabad.org)